Forum Officiel du Serveur Minecraft Français Elandora


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Loin, loin dans les collines

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Loin, loin dans les collines le Lun 8 Déc - 1:05

Areksar

avatar
Admin
Loin, loin dans les collines


Les palais et temples d'antan n'étaient plus que des amas de poussière, emportés par le vent de l'Histoire. Ils formaient des légendes éphémères qui servaient aujourd'hui uniquement d'arrière-plan aux narrations héroïques. Les monuments aux pieds desquels s'amassaient jadis les visiteurs incrédules étaient devenus que des échos lointains, inaudible dans le vacarme fait par les hommes modernes. Qui pourrait citer les édifices des premiers rois de Marodia ? Une poignée de hommes et femmes. A part quelques vieux savants, personne s'intéressait au passé. L'ère contemporaine était si remplie de dangers et de sujets de crainte, que les hommes perdaient goût à s'intéresser ce qui était advenu il y a mille ans. Leurs regards se tournaient vers le présent et l'avant, jamais vers l'arrière. Mais il restait des époques précédentes des traces. Si les temples bâtis pour l'éternité s'étaient écroulés sous le poids du temps, les lignées des premiers jours, si délicates, continuaient à prospèrer. Certaines branches s'étaient asséchées au fil des siècles mais d'autres avaient fleuries et portaient des riches fruits. Encore d'autres s'étaient ajoutés au fil du temps au grand arbre de la civilisation formant aujourd'hui pour certains des dynasties presque aussi prestigieuses que celle des Premiers Hommes.

Il y avait parmi les lignées les plus illustres, deux familles. D'un côté les Delvain, père et fils de rois, et de l'autre côté les Toron, maître de nombreuses républiques et des fois proche d'un trône sans jamais pouvoir franchir le dernier pas les séparant d'une couronne. Les descendants des deux clans furent tous les acteurs de nombreuses guerres, alliances et complicités. Ces deux familles, unies, engendraient des vastes empires et offraient au monde paix et tranquillité. Séparés et en guerre, les deux dynasties plongeaient le monde dans les conflits les plus meurtriers. Ils étaient l'axe autour laquelle tournait le monde. Une axe de construction et destruction. Mais à ces deux grandes familles s'était ajoutée une troisième, celle des Loadware. Né dans le feu entre la première et la seconde ère, ils avaient émergés comme un phénix des cendres des ruines du passé. Hommes autoritaires, voir impitoyable pour certains, ils incarnaient l'autorité des généraux et des grands ducs. Comme les Toron, ils n'avaient jamais réussis à s'offrir une couronne. Mais leur puissance n'était pas basée sur un sacre. Ils comptaient jadis sur une flotte maritime inégalée et aujourd'hui sur la puissance républicaine. Trois familles, deux nés à la naissance du monde et une venue plus tard, luttaient aujourd'hui pour le pouvoir dans ce monde composé de monts et lacs.

D'autres grandes lignées s'illustraient comme par exemple les enfants de Timon, d'Emeric, de Charles et autres grands clans dont certains pouvaient témoigner d'un lignage conduisant jusqu'au cœur de la première ère. Ils formaient ensemble ce ciment sur lequel devait s'appuyer les puissants. Sans eux, nul roi et nul président pouvait gouverner. Comment régner sans appuis politiques au niveau local ? Une telle chose était impossible en notre époque. Personne pouvait le dire avec certitude mais peut être c'était d'une de ces familles que naîtra une nouvelle dynastie royale. Est-ce qu'un jour les anciennes lignées seront surpassées par les plus jeunes ? L'histoire semblait affirmer cette vision. A un moment donné, les familles les plus jeunes finissaient par l'emporter sur les anciennes. Soit car ces dernières s'épuisaient soit car la puissance des nouvelles dynasties devenait hégémonique.

Mais ceci sont des réflexions qui importent qu'à ceux qui détiennent le pouvoir. Ce sont ceux qui possèdent qui peuvent perdre et par conséquence être soumis à l'épreuve d'un combat farouche pour les ressources symboliques et matérielles disponibles. C'était la malédiction qui se joignait à toute acquisition de la puissance d'un état.

La lignée d'Areksar était née presque au début du monde. Elle fut parmi les premières sans avoir l'ancienneté des Delvain et Toron. Elle n'avait portée ni couronne ni pourpre depuis sa naissance. Les rares titres de ducs avaient été confiés à cette maison pour des terres froides et lointaines. Cette dynastie de nain n'en avait pas prit de mal à cet état de fait. Ses plus illustres membres se contentaient de gouverner sur des halls souterrains, loin de la loi des hommes et portant la couronne de Goldanith. Ceci fut hélas avant le réveil de l'Enderdragon qui conduisait à la destruction des halls de Goldanith. Depuis, ils étaient forcés de vivre dans les royaumes humains avec une certaine distance par rapport aux puissants. Ils servaient sans faire de zèle, évitant les guerres des hommes et préféraient bâtir des temples et forteresses contenant leurs richesses à l'abri de l'avidité humaine. Cette absence d'ambition fut salutaire à la famille dans le sens qu'elle se multiplia et prospéra à a façon durant les siècles de guerre et de décadence. On dit ainsi que la forteresse de Theodon le Bâtisseur fut le seul fort à n'avoir jamais été prit par les barbares venus par millions depuis l'Orient à la fin de la seconde ère. Trop défendue et pas assez garnie en or, voilà probablement les causes de ce triste succès.

Dalk et Hagrim étaient deux cousins appartenant à ce que jadis on connaissait comme la maison d'Areksar. Aujourd'hui, ils ne portaient plus de nom de famille. A quoi bon en cette ère de barbarie ? Les noms de famille étaient une chose propre aux puissants et non à quelques roturiers sans importance. Et les nains n'étaient pas les mieux vus dans les sociétés dominées par les humains. Autant faire profil bas.  Les deux cousins vivaient dans le Royaume de Wyrkadia. C'était une entité politique dirigée par un roi au fort talent administratif mais avec une affinité peu développée pour les affaires sociales. Ou mieux dit, le souverain avait un drôle sens des priorités. Alors que la capitale de Wyrkadia était avant tout un amas de cabanes, ce souverain fort amouraché des beaux arts priorisait la construction de places et statues. Personne nia la beauté du produit final mais pas rares furent ceux à être surpris par le sujet du premier chantier royal.

Mais ni Dalk ni Hagrim étaient dans la capitale à l'ouverture fabuleuse de la place royale. Les deux étaient avec d'autres parents partis vers le Sud-est en direction des Terres Disputées. Ne sachant pas quoi penser du nouveau souverain, on préférait prendre quelques distances. Le prétexte était tout trouvé. On demanda au roi d'aller bâtir un fortin près de la frontière. Le souverain, probablement bien heureux d'éloigner les nains de sa capitale en les laissant faire une chose utile, accepta la demande. Ce fut probablement un des marchés dont tous les deux partis en avaient jamais tirés un plus grand profit. Le site du fortin était vite trouvé. Dans une plaine encerclée par des monts, on érigea les murailles externes du futur fortin. On ne perdit pas le temps à vouloir ériger les murs en pierre taillée. On se contenta de bâtir vite et bien, prenant des matériaux peu coûteux mais abondant. Ce qui ne fut pas fort de nature, sera rendu par les hommes qui l'armeront.

Dalk et Hagrim étaient assis autour d'un feu de camp au cœur du fortin. Ils avaient prit siège sur des petits tonneaux de bière, du type qu'on transportait de lieu en lieu sur le chantier durant la journée. La choppe à la main, ils dégustaient la bière brune de l'Ouest pendant que sur le feu grillait une malheureux cochon. L'odeur de la graisse et la viande cuisante réveillait l’appétit de plus d'un. C'était ce moment ou on aima entamer une conversation pour se distraire de la faim s'installant dans les entrailles. Hagrim, un nain jeune et légèrement tempétueux à ses heures, se décida ainsi de questionner Dalk sur une affaire qui occupaient les participants du chantier depuis quelques jours. Celle-ci concernait la porte principale du fortin, un ouvrage en construction et demandant des composants mécaniques avancées.


« Avons-nous des nouvelles des marchands au sujet de la bave de slime ? »

Dalk but une gorgée de vin avant de répondre à son cousin. Il l'avait posé la même question il y a à peine une demie journée. Hélas, sa réponse ne pouvait pas être différente que celle donnée précédemment.

« Non. Le Wyrkadia ne contient pas de source fiable en cette matière et apparemment, il est difficile de s'en procurer à travers les marchands. Il faut passer par le roi et on peut se demander ce qui en adviendra. »

« On fait donc quoi ? » demanda Hagrim.

« On trouvera une autre façon de faire. Ce serait moins efficace mais aura un résultat similaire. On a toujours trouvé des solutions à nos problèmes. A mon avis, il faudra se faire à l'idée que la bave de slime restera inaccessible pour un long moment. Les humains ont cette vilaine tendance de détruire toute prospérité à partir du moment qu'ils ont un monopole. » conclut Dalk.

Mais Hagrim fut profondément insatisfait de cette réplique et s'il se maintenu silencieux, son regard révéla la semence d'une pensée dangereuse que nul aperçu à temps.

Voir le profil de l'utilisateur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum