Forum Officiel du Serveur Minecraft Français Elandora


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Ce que voit la tour Adria

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Ce que voit la tour Adria le Mar 17 Déc - 21:55

Loadware

avatar
Ancien Admin
La tour, placée dans la forteresse de Bratisker, comment se nomme-t-elle déjà ? … … Adria… D'où vient ce nom ? Aucune idée, et ce n'est pas le but de ce récit. Ce qui est intéressant, c'est que cette tour, elle voit tout ce qui se passe dans le duché de Laurentia… et même au delà. Mais comment voit-elle ? On raconte que ses yeux viennent d'un antique dragon, volant au dessus des nuages depuis des millénaires, et qui observe en silence de minuscules points s'agiter en bas, sur le sol d'Elandora. Ils s'agitent, construisent, se battent, démolissent et reconstruisent… Il aime contempler ce spectacle, voir les changements de politique, de faction, les alliances et les guerres qui vont et viennent comme lui dans le ciel.

Depuis le temps, le dragon s'est forgé une opinion de chacun de ces petits êtres et de leur factions. On raconte que celui qui réussi à accéder au sommet de la tour Adria, peut lire les penser du dragon sur ce qu'il voit depuis le ciel… Et c'est ce que ce récit va relater, de façon épars certes, mais il est difficile de lire dans les penser d'un dragon non ? Alors on se demande enfin, mais que voit la tour Adria ? C'est cette question qui guidera chaque nouvelle histoire.



L'arrivée de Laurentia.


Le dragon remarque que Trykomine s'agite, cette faction de nature calme n'a pas l'habitude de remuer ainsi. D'autant plus qu'aucun habitant n'a l'air de partir ou d'arriver dans son territoire… et pourtant elle s'agite. C'est alors que le dragon compris, une ville n'appartenait plus à la faction : Bratisker. Étrange pensait-il, car Bratisker était la ville de Loadware. Que sait-il de cet homme ? Dans ses innombrables souvenir il retrouva quelques points qui lui semblaient important : Loadware a fondé Bratisker il y a un moment déjà, il était aussi Amiral de la plus grand flotte de guerre qu'ait connu Elandora. Il était très proche de Timon57, fondateur et leader de Trykomine. Autant de pouvoir et Loaware quitte la faction qui l'a vu naître ? Le dragon ne comprend pas… et comme il n'aime pas imaginer l'avenir, il fait comme toujours : attendre que la situation évolue pour la comprendre.

Il dirige alors son regard sur les habitants de Trykomine. Il aperçoit rapidement deux comportements bien distincts : d'un côté des membres qui continuent de remuer comme si de rien était. Et de l'autre des points qui s'agitent plus hardiment, comme s'ils préparaient une guerre…
La vision du dragon se trouble, il doit se reposer lui aussi, voir autant de détails depuis là où il est le fatigue. Le récit reprendra quand les yeux de la tour Adria seront à nouveau ouverts !



Dernière édition par Loadware le Mer 23 Avr - 21:58, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur

2 Re: Ce que voit la tour Adria le Mer 18 Déc - 23:39

Loadware

avatar
Ancien Admin
Le dragon sort doucement de son sommeil. Au dessus de lui la lune illumine Elandora d'un blanc pâle. Les yeux vert émeraude du dragon luisent sous ses rayons formant deux minuscules points, assimilables à des étoiles dans le ciel. Son sommeil est toujours irrégulier et plusieurs jours se sont écoulés. Il lui faut du temps pour se souvenir de ce qui se passait avant de s'endormir… Il regarde alors vers le sol, aperçoit Scarptime en proie aux flammes, puis se souvient : la guerre a commencé, la deuxième grande guerre qui frappe Trykomine. Mais contrairement à la première, celle-ci se déclare de l'intérieur. Car en y regardant de plus près, le dragon ne voit pas des soldats ennemis mettre à feu et à sang la capitale, mais bien Timon, le Leader… Pourquoi détruire une ville qui faisait la fierté de sa faction ? Le dragon n'y voit qu'une vengeance insensée, qui ne fait que l'affaiblir encore plus… La folie c'est emparée du cher Leader, qui se fait alors appeler Généralissime.

Le dragon est intrigué par le comportement inhabituel de Timon et décide de continuer à le suivre du regard. Une fois la ville pillée et brûlée, celui-ci part soudain à l'Est. Mais pas à Leadergrad, plus loin encore à l'Est, comme fuyant ce qu'il avait commit. C'est alors que le dragon se souvient… Un acte similaire s'est déjà produit. Sa mémoire lui rappela le début de la première guerre de Trykomine, au moment où le Leader décida de fonder Leadergrad. À cette époque, les armées Marodiane et Sharagonaise s'apprêtaient à attaquer Trykomine. Une histoire de religion reniée semblait-il. Et c'est à ce moment que Timon quitta Scarptime, donnant comme ordre au Commandant de l'armée Tufanik et à l'Amiral Loadware de défendre la ville… À cette époque, le dragon se souvient avoir vu dans cette action de Timon un acte de fuite, similaire à celui qu'il observe actuellement. Fuir vers l'Est semble du coup moins inhabituel pour le dragon, qui se demande comment un chef de faction peut abandonner celle-ci lorsqu'elle en a le plus besoin ?

Son regard quitte Timon pour se focaliser un instant sur Loadware. Pour la première fois, celui-ci ne semble pas inquiet de la guerre… Peut être sait-il qu'il ne risque rien, ou bien ignore-t-il le danger qui s'approche ? En y réfléchissant, le dragon se dit que c'est le départ de Loadware qui est à l'origine des agitations de Trykomine, pourtant celui-ci n'interfère pas avec son ancienne faction… C'est alors qu'il comprit : Ce n'est pas le Leader qui faisait vivre sa faction, mais bien son Amiral. Et c'est ce départ qui a signé la lente mort de Trykomine… Le pilier central de cette grande faction est parti, laissant l'édifice s'écrouler comme un château de carte. Le dragon se demande alors, est-il parti parce qu'il savait que tout allait s'effondrer un jour ? Ou bien a-t-il quitté la faction en sachant que cela provoquerait sa perte ?

Trop de question sans réponse, le dragon n'aime pas ça ! Il prend un peu plus de hauteur et cesse de regarder le sol, afin de réfléchir sans être perturber par les mouvements quotidien qui animent Elandora. Les yeux de la tour Adria sont alors aveugles pour un moment, car le dragon met du temps pour analyser ce qu'il voit, la faute à sa mémoire… trop grande, donc plus lente.



Dernière édition par Loadware le Mer 23 Avr - 21:58, édité 4 fois

Voir le profil de l'utilisateur

3 Re: Ce que voit la tour Adria le Dim 22 Déc - 0:11

Loadware

avatar
Ancien Admin
Lentement, la brume qui encercle la tour Adria s'en va. Cela fait plusieurs jours que ce brouillard était là, bloquant sa vision. La faute à Mistral… pas le vent, le dragon ! À force de cogiter il a fini par retrouver son nom, et aussi fini par s'endormir… À son réveil, n'ayant toujours pas de réponse, il décide d'abandonner et dirige son regard vers le bas. Elandora s'agite toujours, tant mieux, il aime contempler ce spectacle. Faut dire que c'est son unique distraction, car il est bien seul au dessus des nuages… Il aime aussi admirer les étoiles mais elles ne bougent pas, c'est tout de suite moins amusant. Pourquoi croire en quelque chose d'immobile ? C'est certes beau à voir, mais les étoiles n'apportent rien de plus qu'un spectacle… Le dragon s'égare dans ses pensées, il remue la tête et se concentre vers le sol.

À Trykomine, les habitants de Scarptime s'affairent à reconstruire la ville détruite par leur leader généralissime. Ils ont du travail, car il a fallu des mois pour construire ce qui a été détruit en une journée. Si seulement il était plus aisé de construire que de démolir, il y aurait moins de guerre… et aussi moins de construction élaborée. Ils ont bien du courage se dit le dragon. D'un autre coté, laisser la ville dans son état aurait pu servir de vitrine à la folie d'un chef. D'ailleurs, les travaux ressemblent plus à du remplacement plutôt qu'à des réparations. Une nouvelle façon de faire et de penser s'installe peu à peu dans la ville. Les traces de vie des "traîtres" s'effacent de plus en plus de la ville aussi.

En pensant à ça, Mistral dévie son regard vers Laurentia. Et qu'elle n'est pas sa surprise ?! Il met du temps à réaliser ce qu'il vient de voir, tant cela éclaire un grand nombre de question. Après plusieurs minutes d'intense réflexion, il comprend enfin pourquoi tant d'agitation à Trykomine, pourquoi la guerre, la capitale détruite… et surtout pourquoi Laurentia. Ses yeux brillent plus que d'habitude. On peut presque apercevoir deux petites étoiles vertes dans le ciel… Il ne s'y attendait pas, et ça l'amuse. Loadware qui rejoint Marodia, la principale adversaire de Trykomine. Voilà pourquoi il n'a pas peur de la guerre, il est soutenu par une faction qui gagne en puissance et fait face à une faction qui s'affaiblit. Cette vassalisation apporte à Marodia ce que perd Trykomine : un territoire, une flotte, une richesse…

Mistral observe la tour Adria. Il sait qu'elle est liée à lui, mais comme elle ne peut pas le contrôler, ça ne le dérange pas. Le fait qu'Elandora connaisse ses pensées ne le dérange pas non plus… quelle importance ? Tant que ce qu'il voit n'influence pas les actions des habitants au sol, le dragon s'en fiche. Rester neutre, c'est le plus important. Sinon ces insignifiants petits points finiraient par le vénérer comme un dieu… c'est certes flatteur mais un dragon n'a pas l'étoffe d'un dieu, tout comme les étoiles d'ailleurs.



Dernière édition par Loadware le Mer 23 Avr - 21:59, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur

4 Re: Ce que voit la tour Adria le Jeu 26 Déc - 23:28

Loadware

avatar
Ancien Admin
Le calme… il revient peu à peu sur Elandora. Les combats cessent, les esprits s'apaisent, on parle même de paix. Pour Mistral, l'alternance guerre-paix est un cycle complexe, aléatoire et imprévisible mais cependant naturel dans ce monde de fou. Le développement continue pour certains comme les duchés de Muronie et de Laurentia, s'arrête pour d'autres comme Trykomine. Scarptime est de plus en plus vide, même son fondateur semble vouloir l'abandonner. Le dragon se dit en repensant à l'apogée de Trykomine que Timon peut être fier de la faction qu'il a créé. La capitale fut pendant un moment la ville la plus peuplée et la plus active d'Elandora. Son développement poussa les autres factions à rejoindre le roi Eckwan. C'est d'ailleurs se développement qui créa les tensions que connurent les factions, contre le gré des habitants de Trykomine.

Timon lui même part… il retourne sur la terre de ses ancêtres. Ces terres qui étaient jadis porteuses de la vie sur Elandora, furent abandonnées par leurs habitants. Le vieux continent qu'ils l'appellent aujourd'hui. Le dragon s'en souvient mal, le temps ayant usé sa mémoire. Il n'a pas non plus l'envie d'y retourner, trop loin… il préfère rester où il est. Les dragons aussi ont le droit d'être fainéant comme les hommes. Mistral continue à surveiller d'un œil l'agonie de Trykomine. Il se demande si, quand et comment elle va mourir ? Une page de l'Histoire d'Elandora sera alors tournée.

Le dragon voit beaucoup de chose à la fois depuis le ciel, trop de chose pour un homme. La tour Adria ne permet de voir qu'un fragment à la fois, juste ce qu'il faut pour un point vivant au sol. Les yeux de la tour sont braqués vers le sud, vers Trykomine. Seul ce qui se passe au sud de la tour est visible, c'est-à-dire tout Trykomine, Bratisker et une partie du duché de Muronie. Le reste lui est invisible. Par chance, la pensée de Mistral se focalise toujours sur un point, même si celui-ci est en dehors du champ de vision d'Adria.

D'ailleurs, deux navires de Laurentia, l'Agile est l'Impatient viennent de disparaître… Ils remontent vers le nord, guidés par l'Amiral. Il les envoie à Sharagon et Nouvelle Escensor. Une commande et un cadeau apparemment… Une sacrée flotte se dit Mistral : 21 navires construit, 18 appartenant à Laurentia et peut-être d'autres en projets. Des centaines de canons flottant capables de réduire une côte en poussière en un rien de temps. Malgré la prouesse technique mise en œuvre pour construire ces navires, ils n'en restent pas moins des armes, conçus pour tuer et détruire, se dit le dragon. Ils sont d'ailleurs à l'origine des anciennes tensions entre faction. Du moment que des humains ont une arme entre les mains, ce qui compte n'est pas comment ils vont s'en servir, mais tout simplement qu'elle est sa puissance ? Mistral repense au début de la flotte de Loadware : ses navires étaient conçus pour l'exploit technologique et pour la défense de Trykomine. Pourtant ces adversaires ne voyaient en eux que leur potentiel offensif. Ce genre d'arme peut vite transformer la paix en guerre… et le cycle recommence.



Dernière édition par Loadware le Mer 23 Avr - 21:59, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur

5 Re: Ce que voit la tour Adria le Dim 20 Avr - 22:48

Loadware

avatar
Ancien Admin
Le temps passe et le dragon reste. Il en voit des choses depuis le ciel, alors que la paix était revenue, des barbares apparaissent au sud et s'installent dans un petit village pas loin de la cité de Bélériss. Très vite, leur attitude hostile se fait remarquer et plusieurs factions décident de riposter face à cette menace désorganisée. Très vite leur premier village est détruit par une coalition, les survivants partent alors vers l'Ouest, et fondent un second village. Ce village, semblable au premier, s'attire pourtant la sympathie du Duc Areksar. Pourquoi ? Mistral ne le sait toujours pas, même aujourd'hui. Cette entente à permis aux Reveboisiens de reprendre des forces. Et la menace réapparaît. La protection faite par le duché d'Areksar empêche le Royaume de Marodia d'agir et de plus en plus de Ducs commencent à perdre patience. Car même si à ce moment précis, Revebois n'était pas capable de représenter une menace pour Marodia, leur croissance et leur désorganisation aurait pu les pousser au pire. Le dragon a toujours apprécié cette façon que les Ducs ont d'anticiper les choses, à l'inverse des Reveboisiens, qui accumulent alors les erreurs…

Le vote est sans appelle : Seul contre tous, Areksar est obligé d'abandonner ce village de barbare à son sort. Et la réaction fut rapide, les Ducs Toron et Loadware déclarèrent la guerre peu de temps après. Les armées qui allaient combattre emportaient avec elles une arme nouvelle et encore peu utilisée jusqu'à présent : le canon à poudre. Alors que les troupes se mettent en position non loin du village, le Roy Eckwan vient s'amuser du spectacle qu'allait être cette attaque. Mais contre toute attente, Revebois charge l'armée encore en préparation et manque de blesser le Roy. Apparemment cette attaque imprévu est le fruit d'une première attaque des soldats d'Arceliss, un royaume lointain ayant participé à la premier coalition contre Revebois. Alors que cette bataille n'avait pas encore officiellement commencé pour les deux duchés concernés, Eckwan Delvain, visiblement agacé par ces barbares, leur déclare la guerre et envoie toutes ses troupes à l'assaut. La bataille fut brève, démarrée à l'aube elle se finie dans la matinée, le village réduit en cendre par l'artillerie Marodiane.

C'était la fin de Revebois et de ses barbares. En recherchant un peu dans sa mémoire, le dragon se dit que cette faction a eu une durée de vie courte dans ce monde… Mais voilà qu'à peine une faction rayée de la carte, une nouvelle apparaît : des dissidents de Revebois, se faisant appeler les Chevaliers Noirs apparaissent encore plus au sud des terres d'Elandora. Ils se prétendaient pacifiques contrairement à leur faction d'origine. Ils s'étaient établis dans une forteresse sur un promontoire au dessus d'un lac.

Le sud, tout ce passe toujours au sud, pourquoi ? Voilà la nouvelle question qui occupe les pensées de Mistral. Il est vrai qu'au nord de Laurentia, il y a les autres duchés du Royaume de Marodia. Et ensuite ? Plus rien. Pourtant ce n'est pas l'espace qui manque au dessus du Duché de Céloutata…



Dernière édition par Loadware le Mer 23 Avr - 21:59, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur

6 Re: Ce que voit la tour Adria le Mer 23 Avr - 21:55

Loadware

avatar
Ancien Admin
Le nord, le sud, l'est, l'ouest… Mais que devient le centre ? Le dragon recentre son regard sur sa montagne et les terres qui l'entourent. Le duché de Laurentia se développe encore et toujours. Des routes poussent de Bratisker vers les autres villages du Duché, un à un, le Duc les aménage et les modernise avec des remparts, des tours de garde et surtout des statuts à l'image de leurs légendes locales.

Tout commence avec Tolana. C'est un petit village situé dans une plaine juste à coté d'une forêt. C'est le village le plus proche de la capitale, vers le nord, mais il faut tout de mettre franchir un tunnel sous le canal de Bratisker pour s'y rendre. Ce village a pour grand intérêt de se trouver sur la route qui mène à Stonegrad, la capitale du duché voisin. La légende locale parle d'un noble animal qui protège le village : un loup gris. Celui-ci habiterait la forêt toute proche du village. Les villageois racontent que la nuit, lorsque des monstres sortis des ténèbres s'approchent du village, ce loup surgit de l'ombre pour les attaquer. D'après les plus anciens, ce loup a toujours été là pour défendre le village de ces créatures. Nommé Amarok, le loup gris au yeux bleus a désormais une statut le représentant face à l'église du village, symbole de la reconnaissance du village face à sa bravoure. En revanche, personne ne sait pourquoi il défend ce village et surtout depuis combien de temps… Le dragon lui même n'a pas souvenir de ce loup avant d'en voir la statut. Il faut dire qu'il ne s'intéresse pas vraiment aux animaux.

Vient ensuite Azura, le fief du Seigneur Tufanik, l'ami d'enfance de Loadware. Ils ont grandi ensemble à Trykomine jusqu'à devenir les numéros 2 et 3 du gouvernement de leur faction. Tufanik, de part son immense combativité, était alors nommé Commandant des forces terrestres, si ce terme avait un sens à Trykomine à l'époque. Dans le même temps Loadware, de part ses prouesses architecturales pour les navires de guerre, était nommé Amiral de sa nouvelle flotte, qui allait devenir peu de temps après la première flotte d'Elandora. Ils ont aussi combattu ensemble lors de la guerre sainte Marodia-Trykomine. Après la séparation entre Laurentia et Trykomine, Tufanik n'a pas hésité à suivre Loadware. Malgré ses absences de plus en plus prolongées, Tufanik continue à participer aux activités du Duché, déjà par la construction d'Azura pour laquelle Loadware n'est pas beaucoup intervenu. Et aussi par sa participation lors de la guerre Marodia-Revebois. Azura est le plus grand des villages de Laurentia, il se démarque aussi des autres part ses structures touristiques comme l'arbre géant ou bientôt un zoo. Mistral trouve cet arbre amusant, comme une brindille qui essayerait de le chatouiller. Le village de Tufanik est situé au nord des Monts d'Arves, sur une colline entre forêt, mer et montagne. Il est aussi sur la route qui poursuit vers le nord du Duché.

Et au delà de cette forêt, plus au nord, se trouve le désert de Valos. Dans celui-ci la route se sépare en deux vers le nord et l'est, où se trouve un troisième village : Azelor. Construit de toute pièce par le Duc, ce village accueil désormais les habitants du désert qui erraient avant dans des tentes. Dans ce désert se trouvent aussi une pyramide et un temple, vestige du passage d'un mage blanc sur cette terre. Le temple était son lieu de vie et de travail, il y exerçait sa magie et ses connaissances en alchimie. Grâce à ses pouvoirs, il protégea les Valosiens des monstres de la nuit. Après sa mort, les hommes qui le vénéraient construisirent une immense pyramide, où son corps repose depuis. Cette pyramide est réputée pour son labyrinthe aussi difficile que dangereux. La tour Adria voit aussi une statut du mage construite dans le village, celui-ci était connu sous le nom de Ganoslal. Sa magie remplie encore son temple et les lieux alentours. La route qui traverse le village poursuit inlassablement vers le nord, au travers d'une forêt en partie sous la neige.

Voir le profil de l'utilisateur

7 Re: Ce que voit la tour Adria le Sam 26 Avr - 22:03

Loadware

avatar
Ancien Admin
La pointe nord du duché est comme la pointe d'une lance, la partie qui fait mal. Car la péninsule de Norfinka est une place forte, dédiée au développement militaire du duché. Par conséquent, les infrastructures évoluent. Laurentia, contrairement à d'autres duchés marodians, n'a jamais eu de vocation militaire terrestre. Sans doute dû à ses origines pense le dragon. Et il a raison, les palissades utilisées dans tout les villages et même à Bratisker ne sont pas faites pour stopper une armée. De plus, malgré la présence d'une forteresse et d'une garnison dans la capitale, ainsi que d'une «zone militaire» au sud comprenant l'arêne, le terrain d'entraînement et le chantier naval, le duché n'a jamais eu de structure pour former véritablement une armée. Et Norfinka répond à ce manque par la présence d'une caserne d'infanterie, d'une caserne d'archer et d'une écurie entre ses murs. Murs qui ont évolué, ils sont désormais capables de résister aux tirs de canons. En parlant de canons, et donc de navire, la point nord du duché représente un large couloir de transit naval. Et pour surveiller ce couloir, des tourelles sont apparues. Le changement est radical, car on passe d'une tour de garde haute et fine, conçue pour accueillir des archers, à une tourelle basse et large, conçue pour accueillir des canons. Un peu comme des gros champignons, elles ont poussé au nombre de trois sur la péninsule remarque Mistral. Enfin, au centre de cette place forte ce trouve la statut du géant de Norfink. La légende raconte qu'il y a très longtemps, bien avant la naissance du dragon, ce géant tenait dans sa main le Soleil. Il se déplaçait dans les terres sombres, là où la lumière n'existait pas encore. Malgré cette absence de lumière ce monde portait déjà des créatures vivantes. Et celles-ci, telles des mouches attirées par du sucre, suivaient le géant dans sa marche… Au début intrigué, il commença vite à souffrir de cette compagnie insupportable. Un beau jour, excédé par tout ce raffut autour de lui, il pris un peu d'élan, et lança de toute ses forces cette boule de feu en l'air. Mais au lieu de faire disparaître à jamais la lumière de ce monde, celle-ci se mis à tourner autour d'Elandora et créa le cycle jour-nuit connu de tous. Après cela, le géant un peu déçu disparu. Certains disent qu'il continue à marcher sans jamais s'arrêter, mais où ?



Mistral s'ennuie, certes il a toujours été seul entre terre et étoile mais il s'ennuie. La tour Adria commence à prendre la poussière, l'activité dans le duché de Laurentia décrois. Et pas que dans ce duché. Les grands de ce monde ne sont plus aussi dynamique qu'avant. Le spectacle qu'il a sous les yeux ne l'intéresse plus vraiment. Malgré la venue de nouveaux aventuriers quasiment chaque jour, ceux-ci préfèrent mener une vie simple, trop simple, loin de sujet pourtant essentiel et passionnant comme la politique et l'économie. Ils participent aujourd'hui au développement de structures sans réel but. Ils ne sont intéressés que par les richesses du sol, quand ce n'est pas celle de leur voisin. Créant ainsi des micros conflits désordonnés et totalement hors de contrôle de leur «gouvernement». L'anarchie, c'est presque ce qui règne dans certaines factions ou partie de faction. Des installations faites à la va-vite, puis abandonnées aussitôt. Quel intérêt ? Mistral ne trouve rien de passionnant dans cela. Le temps où l'économie et la politique à Marodia battait son plein lui manque…

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum