Forum Officiel du Serveur Minecraft Français Elandora


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Que les Loups hurlent et puissent les moutons courir.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Eckwan


Ancien Admin
Lirel Toron destitué après le vote proposé à l'assemblée par Claw Sikorski. Lirel partant pour le Sharagon, proclamait l'indépendance de celui-ci et en faisait un Duché. Claw s'auto-proclamait président.


Dans la salle de commandement de la forteresse de Gamabal, Eckwan donnait ses instructions à un messager au casque aux plumes bleues :

-Portez cette missive à Claw Sikorski. Pas à son bras-droit, pas à son garde, ni à son bouffon. A Claw Sikorski lui-même.

Le messager acquiesça d'un hochement de tête et prit la lettre enroulée au sceau des Delvains. L'homme sortit de la salle, la porte de chêne se fermant derrière lui.

Eckwan se tourna vers Razal qui était de l'autre coté de la table centrale. Razal demanda :

-Que pensez-vous qu'il répondra à ceci ?

-Je ne pense pas qu'il réponde. Cette lettre est plus une promesse. Promesse qu'il ne prendra certainement pas au sérieux, répondit Eckwan.

-Qu'est-ce qui vous fait penser cela ? s'enquit l'homme.

-Je ne pense pas qu'il estime que nous sommes une menace. Il ne doit voir que notre infériorité numérique. Ce n'est pas un soldat, ni un commandant, c'est un commerçant, un entrepreneur. Cependant, je me trompes peut-être. Dans un certain sens, j'espère me tromper. Cela éviterait des effusions de sang.

Razal prit un certain temps avant de répondre :

-Ou en commettrait de plus grandes.

Eckwan acquiesça. En effet, si Claw les jugeait comme une menace à écraser rapidement, il pourrait agir le premier et assaillir Gamabal. Auquel cas, nombreux seraient les républicains à périr.


Le messager partit de Gamabal et galopa à vive allure vers Céloutata, vers la forteresse de celle-ci. Dernière résidence connue de Claw Sikorski.
Dans sa besace était le message enroulé au sceau des Delvains. Sur la face interne, étaient écrits ces caractères :



Salutations usurpateur,

Suite à vos agissements, nous nous devons de déclarer apporter notre soutien entier envers le Duché de Sharagon.
Nous proclamons la fondation du Royaume de Marodia avec pour Roi ma propre personne.
Aussi, nous exigeons que la République cède au Royaume la ville de Nouvel Ecensor et ses alentours.

Cette missive n'est ni une demande, ni une proposition. Ces lignes forment une promesse. Vous avez quarante huit heures afin de remplir les termes de cet ultimatum.
Sinon quoi nous prendrons les armes et nous récupérerons par la force s'il le faut ce que nous réclamons.


Eckwan II, Roi de Marodia, de la Maison Delvain.
                           



Dernière édition par Eckwan le Mar 23 Juil - 21:52, édité 3 fois

Voir le profil de l'utilisateur

Emeric0307

avatar
Modérateur
Modérateur
Pendant ce temps , Claw Sikorski se trouvait dans la Grande salle  de la forteresse de Céloutata , organisant la réparation du Parlement et du palais présidentiel qui avaient subis des dommages importants à la suite d'attentats .

-George , vous amenerez avec vous 10 maçons et 5 charpentiers pour reconstruire la coupole , prenez aussi un architecte .

-Oui monsieur le président !

-Il nous faudrat aussi reconstruire le palais présidentiel , alors quand vous aurez amenez vos hommes au parlement , vous superviserez la reconstruction du palais .

-Oui monsieur !


Soudain , quatres gardes firent irruption dans la salle , avec un messager .

-Monsieur , se messager prétend ne devoir remettre cette missive que à vous .

-Montrez-moi cette missive soldat .

-Tenez monsieur .


Le président ouvrit la lettre et la lu . Puis , après quelques secondes de silence il s'exclamat :

-Le jeune Eckwan Delvain a pris son indépendance et semble vouloir reprendre la capitale de la république ! Eh bien qu'il fasse !

-Mais monsieur .....  vous ne songez tous de même pas à abandonner la capitale ?!?

-Si vous lisez bien sa lettre mon cher ministre , vous remarquerez qu'il ne compte prendre QUE Nouvelle-Ecensor et non pas Céloutata ET Nouvelle-Ecensor .

-Et donc monsieur ?

-Il nous restera une ville se qui sera un plus car le soi-disant "Empire de Keiron" soutient le jeune roi dans son oeuvre de recomquête de la ville, et donc nous serons débarrasé d'un enemis. Ainsi nous pourrions envisagé de reprendre la capitale .
-Oui Monsieur mais ......

-Pas de mais ! et de toute façon je ne crois nullement a ses dires .

-Très bien monsieur .


Sur ces mots , le président se rendit sur la muraille de la forteresse , éspérant que la période de trouble que connaît actuellement le monde ne sera pas encore plus troublée . Un de ses messagers apporta au président de 22 ans , une missive de la part de l'empereur Rakatas , qui lui demanda des nouvelle de l'avancée de la construction de la ville .

Voir le profil de l'utilisateur

Eckwan


Ancien Admin
Alors que les derniers rayons de soleil qui baignaient jusque là dans une clarté orange la ville de Nouvel Ecensor se cachèrent derrière la montagne sur laquelle se dressait la citadelle de Gamabal.
Le dernier grain de sable finit sa course dans le tas de grains qui s'étaient déjà déposés dans la partie basse du sablier géant. Quarante huit heures très exactement.

Eckwan, les bras croisés sur sa poitrine, continua de contempler pendant quelques secondes le sablier. Il hocha de la tête, se retourna et s'adressa à Razal qui venait d'entrer dans la pièce :

-Rien de nouveau à propos de Nouvel Ecensor, ni de Claw Sikorski ?

-Rien du tout. Il semblerait que l'usurpateur n'ai pas pris notre ultimatum au sérieux.

Eckwan eu un léger rire, il se reprit vite et déclara :

-Bien. Je suppose que tu as déjà pris les devants ?

-Tout à fait, acquiesça son ami. Cinq cent hommes, parmi les meilleurs combattants de votre Maison, sont armés, prêts à monter en selle, prêts à marcher si nécessaire, prêts à tuer ou à exécuter n'importe lequel de vos ordres.

Le sourire vint aux lèvres d'Eckwan :

-Cinq cent hommes. Je vois que tu ne fais pas la même erreur que l'usurpateur, celle de nous sous-estimer. Cinq cent de nos meilleurs soldats, avec toi et moi pour les conduire. Nouvel Ecensor tombera rapidement, nous écraserons facilement les restes des garnisons républicaines.

-Que comptez vous faire après avoir repris la cité ?

-Nous nous tournerons vers Céloutata si besoin est.

Sur ce, Eckwan sortit, suivi de près par Razal, et il rejoignit au dehors la troupe de soldats en armures noires ou blanches aux cimiers à tête de loup.
Eckwan approcha de sa monture, un puissant hongre d'un noir d'encre au caractère tempétueux nommé Vilamme. Un cheval de guerre, choisi plus pour sa robustesse et sa force que pour sa vitesse bien qu'il soit capable de distancer n'importe quel autre cheval peu entraîné pour la vitesse.
Mandarb avait une armure aussi noire que sa robe, la protection de sa tête forgée de manière à faire penser à un loup.

Le Roi de Marodia monta sur Vilamme, criant à l'intention de ses hommes :

-En selle !

Les soldats s'exécutèrent promptement. Razal rejoignit rapidement sur son hongre gris tacheté de blanc son suzerain.
Eckwan sur Vilamme en avant, à sa droite Razal et à gauche un vétéran aux cheveux blancs gratifié d'une balafre fendant son visage en deux nommé Alrik qui portait haut une lance au bout de laquelle flottait le drapeau du Royaume.
Cette homme plus robuste qu'un forgeron malgré son âge avait été écuyer dans sa jeunesse sous le règne d'Eckwan Ier, puis avait combattu contre l'Empire Caslyannais sous Géduoin Ier, enfin, il avait continuer de porter les armes durant les deux guerres contre l'Empire Rakatas. Fidèle envers la Maison Delvain, c'était un homme dur, sans famille, doué d'un bon sens de la stratégie et d'un don pour le commandement. Des années passées à manier l'épée faisaient de lui un combattant redoutable. Eckwan se demandait parfois si cet homme n'était pas capable à lui seul de tuer cent hommes ensemble et d'avoir encore assez de force pour en affronter le double et vaincre.
Une chose sûre était qu'il était content de ne pas voir Alrik dans le camp adverse.

La petite armée descendit de la montagne, avançant au petit trot sur la route, en direction de Nouvel Ecensor. Les sabots ferrés de cinq cent montures claquant sur les pierres de la voie. Eckwan porta un regard vers le mont à sa gauche, au sommet se trouvait le fort de la Guilde de Mercenaires. Les Mercenaires n'agiraient pas pour défendre la ville, ils restaient toujours neutre lors des conflits, à moins que quelqu'un ne les paient, bien entendu.

Les premières habitations arrivèrent en vue, Eckwan fit s'arrêter la troupe et se tourna vers ses hommes :

-Je veux la ville. Je ne veux pas de boucherie, pas de viols, pas de pillages non plus. Ne tuez que ceux qui prennent les armes et luttent, personne d'autre. Faites prisonnier les soldats qui déposent les armes. Hissez les couleurs royales à la place du rouge républicain.

Si quelqu'un dans la troupe désapprouvait l'ordre de clémence d'Eckwan, il n'en laissait rien paraître. Le Roi termina :

-Camarades, ce soir la ville est à nous ! En avant ! Que les Loups hurlent, et puissent les moutons courir !

C'est au galop que les cavaliers noirs et blancs se dirigèrent droit vers la cité, poussant des cris rendus terrifiants par les visières rabattues en forme de gueule de loup.
Les soldats passèrent les premières maisons, réveillant  certains des habitants s'étant déjà endormis, faisant s'ouvrir quelques portes et recevant plusieurs regards ou cris terrifiés.

Un garde sur le rempart avait poussé un cri horrifié quand il avait aperçu l'armée se diriger vers lui. Il avait abaissé la herse et il fallut le même temps nécessaire aux cavaliers pour atteindre les murailles qu'au garde pour sonner l'alarme. Quelques instants après et quelques faibles contingents de garde se postèrent sur le mur pendant que les trompettes sonnaient dans toute la ville.
Les républicains n'eurent pas le temps d'ajuster leur flèche à leur arc avant que des grappins furent envoyés sur les murs par un groupe de royalistes ayant mis pied à terre. Razal et cinquante hommes montèrent sur les remparts et engagèrent l'affrontement, faisant reculer rapidement les républicains désorganisés. Cela se voyait que personne ne s'était douté qu'ils allaient être attaqués ce soir. A croire qu'aucun ne savait que leur "président" avait reçu un ultimatum.

Razal et sa troupe tinrent au respect les rangs clairsemés des républicains. Progressant facilement, jusqu'à atteindre le système de fermeture de la herse. C'est cinq bras puissants donc ceux de Razal qui actionnèrent les roues à manetons permettant de relever la herse. Celle-ci relevée, Eckwan, Alrik et le reste des cavaliers pénétrèrent dans le centre de la ville.

Une troupe de piquiers républicains présenta ses lances aux royalistes. Alrik n'attendit pas pour foncer sur eux, pointant en avant la lance-étendard. Les piques des républicains ne heurtèrent que le bouclier du vétéran ou l'armure de son cheval. L'étendard se ficha dans le casque d'un premier homme, puis transperça l'armure d'un autre. Alrik lâcha la lance, dégaina son épée de guerre -tenue à deux mains par le commun des hommes- portant de grands coups et fracassant des casques et plastrons.
Eckwan et les cavaliers arrivèrent comme un ras-de-marée dans les rangs républicains décontenancés par la percée d'Alrik. Le Roi Marodian acheva le dernier piquier d'un mouvement circulaire de Croc-Pâle.

Razal sur les remparts divisa ses hommes en trois groupes. L'un devant nettoyer la partie gauche par rapport à eux des murs, le second -le plus gros- devant faire de même pour la droite, et le troisième sauta, avec Razal à sa tête, sur les toits des bâtiments du centre de la ville. Ils sautèrent dans leur lourde armure de toit en toit, jusqu'à arriver sur le toit de la mairie. Surplombant la place des Etoiles/du Dragon. Ils prirent leur arc, encochèrent et tirèrent sur le gros de la garnison républicaine qui s'organisait sur la place.
A gauche, les quatre cent cinquante cavaliers menés par Eckwan déboulèrent dans la place. Ils s'alignèrent rapidement et foncèrent vers la centaine de républicains.
Les royalistes avaient clairement l'avantage, de par leur nombre, et de par le fait que les républicains n'avaient aucune lance, arme efficace contre la cavalerie.

Eckwan et ses hommes entrèrent en contact avec les fantassins républicains. Le fracas des plastrons défoncés, des crânes transpercés, des chocs métalliques, des hommes qui hurlaient furent les seules choses qui parvint aux oreilles du Roi Marodian.

Des archers républicains postés sur la porte du Dragon tirèrent une salve de flèches enflammées avant d'être assaillis au corps à corps par les hommes de Razal qui avaient pris en peu de temps tous les murs.
Un de ces traits enflammés rasa de près le crâne d'Alrik qui combattait nu-tête. L'homme n'avait d'ailleurs qu'une armure de cuir et quelques pièces de métal. La flèche mis le feu aux cheveux du vétéran qui continua de lutter comme s'il ne s'était pas rendu compte que la partie gauche de sa chevelure brûlait.

Les républicains continuèrent de se battre même quand il fut clair qu'ils perdaient. Le dernier fantassin fut abattu d'une épée en travers de la gorge.
Eckwan regarda Alrik et découvrit la partie gauche de son crâne à nue, le cuir chevelu brûlé, les cheveux blancs à la lisière, vers le milieu, étaient noircis. Alrik se comportait cependant comme si de rien n'était, son visage dur, impassible, qui, si positionnée à coté, aurait fait passer la pierre la plus dure pour un matelas de plumes.


Peu de temps plus tard, la ville entière de Nouvel Ecensor était sous le contrôle d'Eckwan et ses troupes. Les drapeaux rouges  remplacés par les couleurs royales violettes. Le Roi Marodian avait investi la mairie, et c'est dans la salle de réunion de celle-ci qu'au petit matin il fit porter une missive à Claw Sikorski par le même messager que la fois précédente, avec les mêmes instructions.



Salutations usurpateur,

Vous avez ignoré notre promesse, vous en subissez les conséquences. Nouvel Ecensor est sous notre contrôle.

Nous vous présentons par cette missive une nouvelle exigence. Nous vous sommons de vous rendre à Nouvel Ecensor, sans ou avec une escorte dont le nombre s’élèvera au maximum à cinquante hommes, afin que des négociations soient commencées entre nos deux personnes. Négociations dont le but serait d'éviter tout massacre pouvant être évité.

Venez avec plus de cinquante hommes et nous tuerons votre escorte et vous exécuterons sur la place du Dragon. Ne venez pas et nous viendrons vous chercher à Céloutata, et mettrons à feu et à sang la ville avant de vous exécuter sur la place du Dragon à Nouvel Ecensor.
Marchez sur Nouvel Ecensor avec une armée et, ou, tentez de reprendre la ville, et nous vous massacrerons jusqu'au dernier, nous vous ferons ensuite voir le spectacle d'une Céloutata en ruines avant de vous exécuter sur la place du Dragon.

Vous n'êtes clairement pas en position de poser des conditions. Nous vous conseillons de venir à cette rencontre avec moins de cinquante hommes et d'écouter ce que nous avons à dire.


Eckwan II, Roi de Marodia, de la Maison Delvain.
                           



Dernière édition par Eckwan le Ven 23 Aoû - 14:36, édité 2 fois

Voir le profil de l'utilisateur

Emeric0307

avatar
Modérateur
Modérateur
Claw Sikorski reçu le message alors qu'il se trouvait en plein préparatif des chantiers de Céloutata , car , après l'épisode du "maire Gostcham" , la ville était dans un piteux état sauf quelques bâtiments . Mais le pillage des barbares Keironnais était minime , donc sans grand intêrét pour le moment  . Claw Lue le message et resta silencieux pendant qualques secondes avant de dire :

-Messieurs , Nouvelle-Ecensor est sous contrôle rebelle .

-Ne devriez-vous pas vous réjouir de cette nouvelle ?
dis le Général Malda

-Si ! Mais pour le moment , Le jeune roi me somme de venir à Nouvelle-Ecensor avec une escorte de maximum 50 hommes .

-Vous n'allez tous de même pas y aller avec 50 hommes seulement ? il faudrait mieux y aller avec nos 1000 meilleurs hommes ou alors emprunter des navire à l'empereur Rakatas !
dis l'ambassadeur Rakatas Gatsha

-Non ! Je vais y aller avec nos 30 meilleurs hommes , et , si je ne reviens pas dans les 4 heures qui suivent , vous lancer une attaque avec notre armée et vous anéantissez toute rebéllion existante .

-Dans ce cas , je fais imédiatent  préparer l'armée. Elle sera postée devant les murailles au cas où .

-Bien ! Mais surtout , ne tentez rien avant la fin de ces 4 heures .

-Bien monsieur !


Sur ces mots , Claw comtempla le couché de soleil et rassembla les meilleurs hommes dont il dispose , puis , il pris laa drection de Nouvelle-Ecensor .
sur la route quelques patrouilles du jeune roi ne tentèrent rien contre Claw , si qui prouva que les dires du jeune roi étaient vrai .


Claw pénétra dans Nouvelle-Ecensor et se dirigea vers la place du dragon Il ne vit pas le jeune et décida d'attendre .
Pendant ce temps , le général Malda posta l'armée devant les murailles de Céloutata .

Voir le profil de l'utilisateur

Eckwan


Ancien Admin
Eckwan avait assuré sa prise sur Nouvel Ecensor, huit cent hommes vinrent de Gamabal, ne laissant qu'une centaine en garnison dans la citadelle. Centaine largement suffisante pour repousser mille assaillants.

Le jeune Roi se retrouvait donc avec près de mille cinq cents soldats. Les garnisons républicaines de Nouvel Ecensor encore existantes s'étant ralliées à Eckwan.
Plus de mille soldats, soit un peu plus du huitième de la population de Céloutata, autant dire que l'armée républicaine était en fâcheuse position.


Un garde vint avertir Eckwan de l'arrivée de l'usurpateur. Le Roi sortit de la mairie et, toujours suivi de Razal et d'Alrik, il rejoignit le "président" :

-Salutations, usurpateur.

Eckwan manifesta rapidement aux loups sa présence :

<< Vous confirmez ? >>

<< Oui. L'armée de Céloutata se regroupe devant ses murailles, mon Frère. >>
répondit Vif-Nuit après un court instant.


Le Roi poursuivit :

-Si vous voulez bien me suivre, nous serons plus disposés à parlementer autour d'une table. Vous pouvez emmener deux gardes avec vous, pas plus.

Sans attendre la réponse de Claw Sikorski, Eckwan se retourna vers la mairie, y entra et s'assit à la table dans la salle de réunion à l'étage. Attendant que le "président" prenne place.

Voir le profil de l'utilisateur

Emeric0307

avatar
Modérateur
Modérateur
Après avoir salué le jeune roi , Claw dit avant de se dirigé vers la mairie :

-Nous ne sommes pas à l'abri d'une traîtrise alors soyez sur vos gardes . Vatgae , Koila suivez-moi .

-Bien monsieur !
Répondirent Vatgae , Koila et le capitaine Ramda.

Sur ces mots , Claw et ses deux gardes si dirigea vers la mairie et pris place et avant qu'Eckwan n'ai pu dire un mot , il dit :

-Avant de négocier la fin de cette guerre civil , j'aimerais vous dire quelque chose .
Vous avez pris Nouvelle-Ecensor , c'est bien , mais un point que vous ignoré et il est très simple . Je n'ai que faire de Nouvelle-Ecensor  contrairement à vous .
Maintenant , je pense que n ous pouvons négocié . De quoi voulez-vous parler en premier ?
Demanda Claw .

Pendant ce temps , le général Malda se tenait près à donner l'assaut à la moindre alerte , car les gardes de Claw avais ordre de donner un signal au moindre problème qui pourrait se poser .

Voir le profil de l'utilisateur

Eckwan


Ancien Admin
Eckwan réprima vivement son envie de sourire avant que celui ne se peigne sur son visage :

-Je ne pense pas que vous ne vous préoccupez pas de Nouvel Ecensor. Si c'était le cas, vous auriez rempli les termes de premier ultimatum, et aucune tuerie n'aurait eu lieu. La guerre civile serait finie, et nombreux seraient les hommes encore en vie à cette heure. Ou alors, c'est réellement le cas, mais vous n'avez aucune once stratégique dans le crâne, le ton employé était des plus calme. On ne peut pas vous en blâmer, après tout, vous êtes un marchand, une personne ambitieuse certes, mais un commerçant.

Alrik et Razal se tenaient droit, près du mur derrière le jeune Roi, affrontant du regard les gardes de l'usurpateur. Eckwan poursuivi d'une voix glaciale :

-Venons en aux négociations. Je pense que d'autres combats sont inutiles, cette guerre civile doit se terminer rapidement, afin d'établir un certain équilibre. Afin d'y remédier, je vous propose cet accord.

Eckwan tendit à Claw Sikorski un texte dont les caractères étaient écrits avec soin :

Traité de Nouvel Ecensor :


-Par le présent traité les deux partis s'engagent à mettre fin aux hostilités. Si une clause n'est pas respectée, ce traité sera déclaré caduque.

Céloutata s'engage à :

-Dissoudre la République de Marodia.

-Abandonner toute revendication sur la ville de Nouvel Ecensor ou ses alentours, ainsi que tout prétention sur Marodia.

-Reconnaître le Royaume de Marodia dans ses frontières.

-Ne pas s'attaquer aux intérêts du Royaume de Marodia, ou à ceux de ces alliés. Et à ne pas s'attaquer aux alliés du Royaume de Marodia de quelque manière que se soit.

Le Royaume de Marodia s'engage à :

-Laisser en paix la ville de Céloutata, ses dirigeants ainsi que ses habitants. Cette clause prend fin si la ville de Céloutata, ses dirigeants ou ses habitants montrent des signes d'hostilité envers le Royaume de Marodia.

-Reconnaître dans ses frontières tout système politique se mettant en place à l'avenir au sein de la ville de Céloutata.


Lorsque l'usurpateur leva les yeux du traité, Eckwan déclara :

-Si vous aimeriez changer quoique se soit, exprimez vous. Si nous sommes en négociations c'est pour établir un dialogue constructif entre les deux partis.

Voir le profil de l'utilisateur

Emeric0307

avatar
Modérateur
Modérateur
Claw Sikorski lu le traité avec une grande attention et ne vit aucun petit caractère ou choses dans se genre qui pourrait dissimulé une autre clause du traité . Puis , leva les yeux .

-Bien tous cela me semble en ordre ! Mais j'espère que maintenant , Keiron va cessé ses agressions .

Claw Sikorski posa le traité sur la table et signa le traité . puis , il le donna au jeune roi pour qu'il le signe également .

Voir le profil de l'utilisateur

Eckwan


Ancien Admin
Pendant qu'il apposait sa signature au traité, Eckwan répondit :

-Et bien, maintenant que la paix est faite, je ne vois aucune raison pour que Keiron continue la guerre. Néanmoins, si combat il y a, j'en toucherai deux mots à l'Empereur, soyez en assurés. Je ne veux pas de carnage.

Le Roi se leva, imité par Claw Sikorski :

-A présent, vous pouvez regagner votre ville. J'espère que nous n'aurons plus d'autres différents à l'avenir. Sinon quoi je crains que nous aurons la preuve que Nouvel Ecensor et Céloutata sont vouées à une hostilité éternelle entre elles.

Alors que son interlocuteur s'en allait, Eckwan se rassit à la table, Razal et Alrik firent de même. Le jeune Roi déclara :

-Cette affaire est réglée, messieurs. Nous avons du travail. Il faut reconstruire les bâtiments endommagés de Nouvel Ecensor, préparer mon couronnement, nourrir la population et s'occuper d'autres affaires...

Voir le profil de l'utilisateur

Emeric0307

avatar
Modérateur
Modérateur
Juste avant de quitté la Mairie , Claw dit :

-Vous avez dit ne pas vouloir de carnage , mais lors de leur pillage le carnage à déjà était fait . Je me demande néanmoins comment vous pouvez vous allié à ces barbares .

Sur ces mots , Claw sortis avec ses deux gardes .

-Soldats ! Cette affaire est réglée , nous repartons vers notre ville , mais avant donner le signal que tous va bien et que l'armée peut se retirée .

Un des soldats tira une flèche qui explosa et fit apparaître dans la nuit une lumière bleu , signal que tous allé bien . Le général Malda dit alors :

-Soldat ! apportez-moi mon cheval et vous deux , suivez-moi .

-bien mon général !


Malda alla à la rencontre de Claw et ils rentrèrent aussitôt dans la forteresse .

-Ratsha , vous allez pouvoir annoncé une bonne nouvelle à l'empereur .

-oh !

-Que vous arrive-t-il ?

-Je vient de lire un message de l'empereur et ....

-et Quoi ?

-Il à conquérie l'empire voisin et à proclamé que l'empire Rakatas devenait un Grand empire !

-bien , dans ce cas c'est parfait !

-pourquoi ?

-Eh bien ! En ce jour de l'an 10521 après Galda , moi Claw Sikorski Proclame que Céloutata et sa région deviennent un Empire et se Rtache à l'empire Rakatas !

-oh ! Je .... Bien si...sir !


Sur ces mots , Ratsha repartit vers la capital du Grand empire pour annoncer cette nouvelle qui signe la fin de la République de Marodia et la fin de la guerre civile !

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum