Forum Officiel du Serveur Minecraft Français Elandora


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Journal Économique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Journal Économique le Jeu 7 Mar - 19:44

Toron

avatar
Admin
Journal Économique - Février 2012

PIB de Février 2012 : 1 306 000 $

Facteurs & Introduction :

Ce P.I.B, le premier du Nouveau Monde, semble être l'indicateur pour la suite de la politique économique qui sera menée par les institutions économiques Marodiennes successives. Il n'existait auparavant pas de résultats concrets, nous ne pouvons en soit pas définir si ce résultat est bon ou mauvais, mais nous pouvons en déterminer les facteurs, la fondation de la ville, et donc l'impulsion donnée via cela au système d'échange semble être le facteur le plus important à la relative réussite du système, mais en réalité le plus important est la façon dont l'état centralisé rémunère le travail.
L'ouvrier reçoit son salaire avant que sa production ne soit vendue.
En somme, c'est le facteur déterminant dans la motivation du travail des Marodiens, si c'est un facteur d'incitation au travail, il est à double-tranchant, il peut également être néfaste s'il incite justement ces mêmes Marodians à travailler trop, ceux-ci devront être payer de suite par l'état, qui perd temporairement de l'argent, jusqu'à la vente, hors en cas de différence trop nette entre les ventes et les achats, les caisses de l'état peuvent être temporairement à sec.
L'État semble néanmoins avoir prit le pas sur ce problème, décidant de faire simplement marcher la planche à billets, tout en évitant toute contrainte d'inflation, puisque le Ministère de l'économie fixe les prix.


Cours des ressources :
Aucun changement récent.

Prévisions de Croissance à l'avenir :

Certains économistes pensent à un ralentissement voir à une mort prématurée du système économique centralisée dans les mains de l'état comme nous le connaissons aujourd'hui.
Pour ces capitalistes libéraux de la première heure, notre système est voué à s'effondrer, après l'impulsion qui a suivi la fondation de la ville et l'expansion galopante de Nouvel Ecensor la situation devrait se normaliser, avec, toujours selon ces mêmes économistes, une décroissance progressive du Produit Intérieur Brut avec le temps, jusqu'à la mort du système et son abandon.
Pour sa part, le Ministère de l'Économie de la République de Marodia planche sur une croissance d'au moins 50%, ces résultats annoncés ressemblent à s'y méprendre à une mauvaise propagande Soviètique, pourtant le Ministère explique ces résultats totalement opposés aux autres prévisions par la politique du gouvernement nouvellement créé, qui se veut dans la continuité sur la plan économique centralisé, mais qui compte lancer de grands travaux qui devraient permettre, combinés à une activité normale des citoyens de la cité, à cette croissance.



[HRP: Premier journal court, mais je pense qu'il y aura plus à dire au prochain, de plus, je suis ouvert à toute critique ou suggestion pour l'améliorer et le rendre plus consistant]

Voir le profil de l'utilisateur http://elandora.forum-gratuit.cc

2 Re: Journal Économique le Sam 9 Nov - 16:11

Toron

avatar
Admin
Journal Économique - 9 Novembre 2013

Ces P.I.B sont des estimations statistiques.
PIB Marodian d'Octobre 2013 : 1 050 000 $ |  95 454 $ par habitant
PIB Trykominien d'Octobre 2013 : 475 000 $ | 25 000 $ par habitant
PIB Jérusalien d'Octobre 2013 : 120 000 $ | 60 000 $ par habitant


Espoirs de renouveau pour Marodia ?

En terme de statistiques et de volumes bruts Marodia a presque atteint à nouveau les niveaux de ses jours les plus glorieux. Mais ils restent à prendre avec des pincettes puisque dus au retour de Sharagon et de Céloutata sous giron Marodian. Certains économistes osent néanmoins espérer que Marodia retrouvera son dynamisme économique d'antan et que le moteur sharagonnais réussira à sortir Nouvel Ecensor et Céloutata de leur coma économique sévère.

L'échec cuisant du communisme trykominien ?

Si nous n'entrerons pas dans des détails de  critique politique que nous laissons à nos confrères de l'Elandorian nous pouvons néanmoins nous appliquer dans les colonnes de ce journal à faire le procès de l'économie de la République Populaire. En effet si l'idéologie communiste à priori appliquée et promue par le Leader Timon prévoit un strict contrôle de l'économie et même la planification, les faits prouvent qu'il n'en est rien. L'économie s'est totalement libéralisée, la loi de l'offre et de la demande règne en maîtresse. L'état ne contrôle pas les prix au contraire de Marodia où celui-ci se fait de façon décentralisée par les duchés. L'hypothèse la plus généralement admise par les économistes marodians est que l'économie collectiviste démonétisée qui existait sous le Conseil de Trykomine n'a pas su s'adapter aux idéaux de son leader suite au coup d'état. Et que finalement, le pouvoir central dictatorial a réussi à bâtir le paradis de l'exploitation des travailleurs à contrario du paradis des travailleurs qu'il s'était promit à bâtir main dans la main avec les citoyens. Ces derniers qui sont aujourd'hui de simples esclaves pour l'élite du Parti.
Hommes libres de tous les pays, Unissez-vous !

Jérusalis, un modèle de croissance ?

Si Jérusalis est aujourd'hui une jeune nation dont la croissance fait rêver toutes les autres, il ne faut pas oublier que Marodia a connu le même âge d'or lors de son arrivée sur le continent et même dans une mesure plus massive. Jérusalis bénéficie aujourd'hui de ce dont nous avons bénéficié hier : un entrain populaire et une économie en furieuse expansion que rien ne semblait pouvoir arrêter sinon sa propre immensité. Nul doute que Jérusalis connaître demain ce dont nous souffrons aujourd'hui. La seule qui compte est de s'en extirper et réussir à se relancer. Car s'il est bien une chose qu'il ne faut pas oublier c'est que l'or est le nerf de la guerre et ce que peu importe la forme qu'elle prend : culturelle, technologique, économique ou même militaire s'il le faut. N'oublions pas que les bruits de bottes résonnent dans le sud tandis qu'un peuple d'esclaves rêve de liberté. C'est pourquoi il est de notre devoir de tous faire bloc autour de notre Roy !

Ouverture de la Bourse des Matières Précieuses et des Ressources Alimentaires de Sharagon :

Sharagon a inauguré hier sa BMPRAS, Bourse des Matières Précieuses et des Ressources Alimentaires de Sharagon. Le schéma de fonctionnement en a été expliqué pendant une bonne demi-heure par le Conseiller aux Finances du Duc Lirel Toron.

Cours des actions de la BMPRA :
Blé : 1$ (=)
Citrouille : 1$ (=)
Cobblestonne : 5.18$ (=)
Diamant : 70.21$ (=)
Émeraude : 89.50$ (=)
Fer : 15$ (=)
Graînes : 0.53$ (=)
Lapis lazuli : 39.75$ (=)
Pastèque : 1$ (=)
Or : 25$ (=)

Voir le profil de l'utilisateur http://elandora.forum-gratuit.cc

3 Re: Journal Économique le Mer 18 Juin - 14:58

Toron

avatar
Admin
Journal Économique - 18 Juin 2014

L'économie marodianne intimement liée à la politique ?

Si Marodia semblait se plonger dans la stagnation tant économique que politique, des pôles majeurs de production restaient toujours présents, Sharagon pour la brique, Laurentia pour les pierres taillées de toutes sortes. La prise d'indépendance de Céloutata si elle n'a fait réagir personne, n'a pas eu non plus d'impact dans l'économie marodienne puisque l'économie de la cité de l'ancien nord marodian reste toujours aussi mauvaise.
En réalité le récent réveil politique s'est accompagné d'un certain regain du commerce interne ainsi que des exportations (briques & sable notamment), beaucoup espèrent que l'élection prochaine d'un Premier Conseiller permettra de donner au Royaume une nouvelle politique économique dynamique tel qu'il n'en a pas connu depuis la République. Les rumeurs de la dimension politique font état de deux candidats probables à ces élections, Lirel Toron de la Maison Toron et Théodon de la Maison Areksar. Le premier avait été à l'œuvre du miracle économique sous la République et le second a longtemps été considéré comme un bienfaiteur pour l'économie du Royaume et un grand bâtisseur, dans les deux cas il est probable que ceux-ci aient bien des propositions afin de réanimer l'économie marodienne.

Rivéria, une puissance économique en devenir

Rivéria ne possède ni les capitaux, ni l'industrie, ni l'ancienneté et le savoir économique marodian, pourtant la jeune nation semble connaître une période de prospérité marquée notamment par une volonté très pacifiste dans le domaine militaire. Si Rivéria est officiellement dirigé par Timon, tyran déchu de Trykomine, celui-ci aurait en réalité été exilé à Leadergrad par son officiel second Charly, homme réellement responsable de la réussite rivérienne. Malgré des méthodes de réquisition de la force de travail puisque Rivéria bénéficie d'une démographie galopante mais aussi par la réquisition de matériel parfois toutes deux contestées Charly parvient néanmoins à hisser Rivéria dans la catégorie des puissances économiques en peu de temps. Il ne reste qu'à espérer qu'il parvienne à réaliser la transition vers une économie moins centralisée afin qu'il ne s'effondre pas d'un bloc comme en son temps le système trykominien.


Bélériss, capharnaüm ou puissance économique ?

Si Marodia, Rivéria, Andaria ou encore Jérusalis sont des états organisés pour lesquels la quantification économique permet des statistiques fiables, il n'en est rien pour Bélériss. Cet état, bien que très peuplé possède nécessairement des moyens de production équivalents qui ont d'ailleurs entraîné une crise de l'offre des biens agricoles, néanmoins si Bélériss possède une agriculture développée, elle s'est totalement dépréciée en envahissant le marché de ses biens, faisant s'effondrer les cours du blé, des graines, du sucre, etc... Bélériss se développe également en terme de territoire même si la politique globale reste floue, peut-être parce qu'elle n'a pas été définie clairement, le manque de résultats clairs ne permet pas d'évaluer si Bélériss est un miracle économique ou bien un état sous-développé, n'avançant que par la masse du nombre de bras en disponibilité (Ndlr : la seconde option est néanmoins fortement privilégiée).


Cours des biens échangés à la BMPRA :
Blé : 0.01$  (↘)
Briques : 20.21$ (=)
Cobblestonne : 0.66$ (↘)
Diamant : 797.21$ (↗)
Émeraude : 180.68$ (↗)
Fer : 16.28$ (↗)
Graînes : 0.01$ (↘)
Obsidienne : 35.79$ (=)
Or : 134.5$ (↗)
Stone : 2.86$ (↘)


Le cours des biens agricoles s'est effondré comme le prouvent très bien les prix dérisoires auxquels ils s'échangent actuellement. Au contraire les métaux précieux, diamant en tête, mais aussi or et fer remontent en flèche, malgré un passage fâcheux pour le fer ayant fait chuté son cours de plus de 80$ en deux jours, victime de la spéculation des marchands. Le prix de l'or et du diamant seraient eux plutôt stimulés par la volonté des grandes fortunes marodiannes de convertir leur monnaie en réserves ayant une forte valeur intrinsèque, rôle très bien rempli par l'or et le diamant. Le prix de la stone reste toujours aussi soumis à des fluctuations spectaculaires résultant d'incompréhension entre l'offre et la demande, la brique reste stable malgré la production affolante des briqueteries sharagonaises, le Duché de Muronie et Rivéria soutiennent sans cesse la demande.

Voir le profil de l'utilisateur http://elandora.forum-gratuit.cc

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum